Adresse de correspondance : Grange Saint-Martin 5, 1350 Orbe, Suisse

La pauvreté en Suisse

La pauvreté en Suisse n’est pas un phénomène marginal !
Plus d’un million de personnes en Suisse vivent dans la pauvreté, ou juste au-dessus du seuil de pauvreté. Près d’une personne sur cinq n’est pas en mesure d’honorer une dépense inattendue de 2000 francs – par exemple une facture de dentiste.

Vivre dans la pauvreté, ce n’est pas seulement avoir des difficultés financières. C’est aussi chercher du travail pendant longtemps et épuiser son droit aux prestations de l’assurance-chômage. C’est s’abstenir de prendre rendez-vous chez le médecin en cas de douleurs ou de maladie, pour éviter des coûts. C’est n’avoir aucune formation, aucune perspective ou un statut de séjour incertain. C’est se débrouiller avec un revenu inférieur au minimum vital.

Avant tout, c’est devoir rester à l’écart de la vie sociale. La pauvreté n’est pas un problème individuel, mais un problème de société ! Fins de mois difficiles pour 1 Suisse sur 4 Un Suisse sur quatre n'a plus d'argent après avoir payé ses factures et 45% reconnaissent ne pas avoir payé à temps certaines factures les six derniers mois.

Les causes principales des problèmes financiers en Suisse sont les dépenses de santé et d'assurances, le coût des loyers et les conséquences d'une perte d'emploi.
Source 20 minutes.ch : Pauvreté en Suisse
Surendettés, et si demain c'était vous?

Source RTS «Surendettés, et si demain c'était vous?»
La pauvreté existe-t-elle en Suisse ?

Source RTS «La pauvreté existe-t-elle en Suisse ?»
Aujourd’hui en Suisse, qu’est-ce que la pauvreté ?

Source RTS «Aujourd’hui en Suisse, qu’est-ce que la pauvreté ?»
Comment tombe-t-on dans la pauvreté ?

Source RTS « Comment tombe-t-on dans la pauvreté ?»
La pauvreté est-elle mal vue ?

Source RTS «La pauvreté est-elle mal vue ?»
Y a-t-il des personnes plus exposées que d’autres ?

Source RTS «Y a-t-il des personnes plus exposées que d’autres ?»
La pauvreté engendre-t-elle un risque d’isolement ?

Source RTS «La pauvreté engendre-t-elle un risque d’isolement ?»
Qu’est-ce que la pauvreté cachée ?

Source RTS «Qu’est-ce que la pauvreté cachée ?»
Quelles sont les mesures de lutte contre la pauvreté ?

Source RTS «Quelles sont les mesures de lutte contre la pauvreté ?»


4’050 CHF par mois : le seuil de pauvreté en Suisse pour un couple et 2 enfants


Selon la dernière étude de l’Office fédéral de la Statistique sur la pauvreté en Suisse, environ 590’000 personnes seraient en situation de pauvreté dans notre pays, ce qui correspond à 7,7% de la population (chiffres 2012). Parmi ces personnes, on compte environ 130’000 working poor, soit des personnes qui, bien qu’ayant une activité professionnelle, sont considérées comme pauvres. L’étude estime par ailleurs que 1,9 millions de personnes en Suisse seraient menacées de pauvreté.

1 personne sur 13 touchée par la pauvreté en Suisse!

Le seuil de pauvreté selon la composition du ménage
• Personne vivant seule : 2 200 francs suisses par mois
• Personne seule avec 2 enfants de moins de 14 ans : 3 500 francs suisses par mois
• Couple sans enfant : 3 000 francs suisses par mois
• Couple avec 2 enfants de moins de 14 ans : 4 050 francs suisses par mois

Le niveau de formation a une influence sur le taux de pauvreté. Les personnes qui n’ont pas de formation post-obligatoire (maturité) ont une proportion de pauvreté 2 fois supérieure à la moyenne. A l’inverse, les personnes au bénéfice d’une formation supérieure (diplôme du degré tertiaire comme une haute école universitaire ou une haute école spécialisée) ont un risque moins grand, mais sont, quand même, 4,5% à être pauvres.

Les femmes et les seniors sont en proportion plus pauvres que la moyenne
Si on considère le sexe, les femmes, avec un taux de pauvreté légèrement supérieur à 8,5%, sont plus touchées par la pauvreté que les hommes (6,8%). La pauvreté touche également 2 fois plus les seniors en moyenne, avec un taux de pauvreté légèrement supérieur à 16%. La durée et la fréquence de travail influencent le taux de pauvreté. Les personnes qui travaillent toute l’année sont en général moins souvent pauvres (un peu moins de 3,5%) que celles qui n’ont travaillé qu’une partie de l’année (taux de pauvreté de 5,5%). Pour les personnes qui travaillent toute l’année, ceux qui travaillent à 100% sont moins souvent pauvres que ceux qui travaillent à temps partiel (un peu plus de 2,5% contre près de 5%). Vous trouverez ci-dessous un tableau récapitulant un certain nombre de situations et profils avec les taux de pauvreté associés.

Working poor : les secteurs d’activité à risque
Entre autres résultats intéressants, l’étude propose un classement du taux de pauvreté des personnes actives professionnellement en fonction du secteur d’activité où elles exercent.
Chez les personnes travaillant dans le secteur de l’hôtellerie-restauration, le taux de pauvreté est le plus élevé, et bien plus que la moyenne : plus d’une personne sur 10 travaillant dans ce secteur d’activité en Suisse vivent sous le seuil de pauvreté. C’est, selon l’étude, le seul secteur dans ce cas, tous les autres secteurs étant en dessous de la moyenne. Parmi les secteurs où le taux de pauvreté est le plus faible, on trouve l’industrie (un peu moins de 2%), le transport (un peu plus de 1,5%), ou encore l’administration (moins de 1%).
Source travailler-en-suisse.ch


La pauvreté des personnes âgées
La population âgée en Suisse est de plus en plus nombreuse. La protection sociale des seniors revêt par conséquent une importance toujours plus grande.
Dans la présente étude, les informations existantes sur la pauvreté en termes de revenu des personnes âgées de 65 ans et plus sont placées dans un contexte plus large. Outre le revenu, les points de vue de la consommation et de la fortune sont examinés en détail. Des indicateurs objectifs et subjectifs viennent compléter l’étude. Les inégalités de revenu et de fortune étant plus grandes entre les personnes à l’âge de la retraite qu’entre les personnes en âge de travailler, la population âgée a été subdivisée en sous-catégories pour permettre des analyses plus fines.




Risque de pauvreté selon les statistiques de la Confédération
Le seuil du risque de pauvreté est, au niveau de l’Union Européenne, fixé par convention à 60% de la médiane du revenu disponible équivalent. Être à risque de pauvreté signifie donc disposer de revenus significativement inférieurs à ceux de l’ensemble de la population, une situation qui engendre un risque d’exclusion sociale. En 2013, le seuil de risque de pauvreté se monte à 30’768 francs par année pour un ménage d’une personne seule et 13,3% de la population vivant en Suisse est exposée au risque de pauvreté, soit près d’une personne sur huit.
Le risque de pauvreté dépend fortement de la situation familiale et du niveau de formation. Les couples de moins de 65 ans sans enfant (5,6%) sont 2,2 fois moins exposés à ce risque que les familles avec deux enfants (12,2%), 4,1 fois moins exposés que les familles avec 3 enfants et plus (22,8%) et 5,3 fois moins que les familles monoparentales (29,8%). Par ailleurs, les personnes au bénéfice d’une formation de degré tertiaire ont un risque de pauvreté 3,9 fois moins élevé que ceux qui n’ont pas terminé de formation après l’école obligatoire (6,2% contre 24,1%).
Les personnes de 65 ans ou plus constituent un cas tout à fait spécifique: si elles sont particulièrement exposées au risque de pauvreté (23,5%), en particulier lorsqu’elles vivent seules (31,9%), elles sont significativement plus nombreuses à consommer leur patrimoine pour financer leurs dépenses courantes (16,0%, contre 4,0% des personnes âgées entre 18 et 64 ans et 5,5% des 50-64 ans). Or, le recours à la fortune n’est pas pris en compte dans le revenu disponible équivalent et n’entre donc pas dans l’estimation du risque de pauvreté.

Comparaisons européennes
Pour les comparaisons européennes, les données font référence à l’année 2013. En outre, le loyer fictif (qui correspond à la valeur d’usage du patrimoine après déduction des frais de logement effectivement payés) n’est pas pris en compte dans le revenu disponible équivalent.
En comparaison européenne, le seuil de risque de pauvreté suisse, exprimé en standard de pouvoir d’achat sans loyer fictif, est parmi les plus élevés d’Europe après le Luxembourg et la Norvège.
Pour ce qui est du taux de risque de pauvreté 2013, il varie au niveau européen entre 23,1% (Grèce) et 8,6% (République tchèque). La Suisse (14,5% sans loyer fictif) se situe légèrement en dessous de la moyenne européenne (UE-28 : 16,7%). Parmi nos voisins, le taux de risque de pauvreté est 13,7% (France), 14,4% (Autriche), 16,1% (Allemagne) et 19,1% (Italie)

Facebook

facebook

Fédération des Cartons du Coeur

  Grange Saint-Martin 5, 1350 Orbe, Suisse

  Téléphone: +41 24 477 35 25

  E-mail: info@cartons-du-coeur.org

  ou contactez nous par la page formulaire

Newsletter Fédération Vaudoise des Cartons du Coeur

Les Cartons du Cœur s’engagent formellement à ne vendre ou échanger aucune information personnelle